Les auteurs de ce numéro

Gennaro Maria Barbuto est chargé de recherche à l’Université « Federico II » de Naples. Ses recherches portent sur la pensée politique et l’historiographie italienne. Il a publié Il principe e l’Anticristo. Gesuiti e ideologie politiche, Napoli, Guida, 1994, ainsi que Ambivalenze del moderno. De Sanctis e le tradizioni politiche italiane, Napoli, Liguori, 2000, et a édité trois discours politiques de Francesco Guicciardini (La libertà moderata, Torino, La Rosa, 2000).

Antonio Bechelloni est maître de conférences à l’Université Charles de Gaulle-Lille 3. Ses recherches portent sur l’immigration et l’exil italiens en France (sujet de sa thèse de doctorat), ainsi que sur la France contemporaine (sujet de plusieurs essais, et de son ouvrage Metamorfosi di un modello repubblicano : Francia 1944-1993, Milano, Unicopli, 1995). Secrétaire général du CEDEI (Centres d’Etudes et de Documentation sur l’Immigration Italienne), il dirige la revue La Trace, publiée par le Centre. Il a dirigé, avec Bruno Groppo, un numéro spécial de la revue B.D.I.C. Matériaux (janvier-mars 2000) portant sur Carlo et Nello Rosselli, antifascisme et démocratie. Sur ce même sujet, il a coordonné un ouvrage collectif actuellement sous presse chez l’éditeur Franco Angeli : Carlo e Nello Rosselli e l’antifascismo europeo.

Gianfranco Borrelli est professeur à l’Université « Federico II » de Naples, où il enseigne l’histoire de la pensée politique. Ses recherches portent sur les fondements de la raison politique moderne et spécialement sur Hobbes, l’aristotélisme politique, la raison d’État. Il a notamment publié Ragion di Stato e Leviatano. Conservazione e scambio alle origini della modernità politica, Bologna, il Mulino, 1993 et Non far novità. Alle radici della cultura italiana della conservazione politica, Napoli, Bibliopolis, 2000.

Paola Cosentino est docteur ès lettres à l’Université « La Sapienza » de Rome, et consacre ses recherches à la littérature italienne du XVIe s. : elle a soutenu sa thèse de doctorat sur la tragédie florentine de la première moitié du XVIe s., et ses autres travaux portent sur Luigi Alamanni, Machiavel et Torquato Tasso. Elle collabore à la revue Rassegna della letteratura italiana et au Dizionario Biografico degli Italiani.

 

Lucie De Los Santos est A.T.E.R. à l’Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3, agrégée d’italien et ancienne élève de l’ENS Fontenay/St-Cloud. Ses recherches portent sur l’historiographie et le républicanisme florentins aux XVe-XVIe s.. Elle prépare une thèse de doctorat sur « Jacopo Nardi (1476-1563) : biographie intellectuelle », et a publié l’édition française des Considérations à propos des Discours de Machiavel sur la première décade de Tite-Live de Francesco Guicciardini (Paris, L’Harmattan, 1997).

Christian Del Vento est A.T.E.R à l’Université de Paris IV-Sorbonne et ancien élève (Perfezionamento) de la Scuola Normale Superiore de Pise. Il a soutenu une thèse de doctorat consacrée à Ugo Foscolo. Il a publié de nombreux articles consacrés à Dante, Foscolo et, plus récemment, à Alfieri.

Laura Fournier est A.M.N. à l’Université de Caen-Basse Normandie, agrégée d’italien et ancienne élève de l’ENS Fontenay/St-Cloud. Elle prépare une thèse de doctorat sur « Giosuè Carducci et la construction de la nation italienne ».

Pierre Girard est agrégé de philosophie détaché au CNRS (UMR 5037/CERPHI). Il consacre ses recherches à la pensée politique italienne (Vico, illuminisme napolitain, V. Cuoco, M. Pagano, A. Labriola, A. Gramsci), et prépare une thèse de doctorat sur « Communauté et politique dans la pensée de Giambattista Vico ».

 

Sandro Landi est docteur en histoire de l’Institut Universitaire Européen de Florence et maître de conférences à l’Université Michel de Montaigne-Bordeaux 3. Il consacre ses recherches à la culture politique dans les anciens États italiens. Il a publié une monographie sur la censure et la formation de l’espace public dans la Toscane moderne (Il governo delle opinioni. Censura e formazione del consenso nella Toscana del Settecento, Bologna, il Mulino, 2000).

Aurora Savelli est attachée de recherche dans le département d’histoire de l’Institut Universitaire Européen de Florence. Elle prépare une thèse de doctorat sur les contrade de Sienne à l’époque moderne, et dirige, en collaboration avec Gérard Delille, la publication des actes du colloque Essere popolo. Prerogative e rituali d’appartenenza nelle città italiane d’Antico regime (Ricerche storiche, 2001).

Eric Vial est professeur à l’Université Pierre Mendes France-Grenoble 2, ancien élève de l’ENS et membre de l’Ecole française de Rome. Ses recherches portent sur l’histoire politique italienne et surtout sur l’immigration antifasciste, avec une thèse de doctorat sur la Ligue italienne des droits de l’Homme, et un dossier d’habilitation consacré principalement à l’Union populaire italienne.

Jean-Claude Zancarini enseigne la littérature et l’histoire italienne à l’ENS Lettres et Sciences humaines de Lyon, où il anime le CERPPI (Centre de Recherche sur la Pensée Politique Italienne). En collaboration avec Jean-Louis Fournel, il a publié l’édition française des Sermons, écrits politiques et pièces du procès de Savonarole (Paris, Seuil, 1993), de plusieurs ouvrages de Francesco Guicciardini (Avertissements politiques, Paris, éditions du Cerf, 1988 ; Écrits politiques, Paris, PUF, 1997 ; Histoire d’Italie, Paris, Laffont, 2 vol., 1996), et du Prince de Machiavel (Paris, PUF, 2000).

top